Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Pierre Reverdy

Index de l'article

  

     CARACTÈRE SEUL

    À pied, courant dans le désert des vents brouillés par le

plus sombre caractère, toutes lumières inclinées vers la

nuit, les têtes dépouillées des fleurs sentimentales et des

sources d'esprit. Et, dans le coin, cette épaisseur de

croûte que les jours passent à l'usage des mains.

    Cette impalpable agglomération de plans de races, l'os

à demi rempli de liquide et remis.

   Me reconnaîtrai-je plus tard au milieu de ce carnaval

adultère ? Ma main ramenée au départ, la nuque bien

tranchée. Je crois. Et je suis si loin du régime animal. La

bête relevant ses manches pour prédire. Celle qui tire son

orgueil du cri dans l'étang en hiver.

   Mélangés dans la même traînée au temps qui se dévide,

tirant d'autant.

    Avec ceux qui restent perdus dans le désert — la piste

désolée, les pierres vides — les vents brouillés — le

caractère sombre et inquiétant.

 

      Pierre Reverdy. Extrait de «Flaques de verre».