Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Pierre Reverdy

PIERRE REVERDY, L'HOMME DE LETTRES,
DONT LA BIBLIOTHÈQUE PORTE LE NOM.

 

            Fondspierrereverdy

Né en 1889 à Narbonne, Pierre Reverdy arrive à Paris en 1910

où il côtoie le Paris littéraire et artistique de cette époque,

se liant d'amitié avec certains grands artistes

de la première moitié du 20ème siècle.

A ce titre, il est un témoin de qualité des questionnements

esthétiques qui sont à l'origine de l'art moderne.

En 1926, attiré par son abbaye, il se retire à Solesmes.                                                                               
Il crée des livres d'artiste collaborant avec Picasso, Gris ou Braque

qui resteront ses œuvres les plus significatives.

 

60 œuvres originales sont conservées au sein du fonds patrimonial.

34 ans : c'est le nombre d'années que Pierre Reverdy a passé à Solesmes.

 

En 2010, à l'occasion des 50 ans de la disparition
du poète, une exposition a eu lieu : «L'œil et la main, un poète et des artistes».
Cette exposition retrace le parcours de Pierre Reverdy :
auteur, poète et théoricien de l'art. Elle a mis en lumière
les amitiés sincères qu'il a pu nouer avec les peintres
de l'époque et en particulier celle au long cours avec Picasso.

 


 

 henry reverdy petite

 

Le jeune Pierre Reverdy adorait son père Henri Reverdy, négociant en vin du côté de Narbonne. Il a quitté cette région à 21 ans poussé par son art vers la capitale. Le Sud est resté pour lui le symbole de l'enfance et de la douceur de vivre.

Pour rendre hommage a celui qui est resté 34 ans à Solesmes, dans la Sarthe, la bibliothèque municipale Pierre Reverdy vous accueille désormais avec un air de vignoble ! Les pieds de vigne sont là pour rappeler que c'est là-bas, dans le Sud, qu'une "oeuvre poétique a pris naissance" (cf : Michel Maurette).

Le nouveau site paysagé a été réalisé avec succès par les agents des espaces verts de la Ville de Sablé/Sarthe.

photo de groupe petite

 

 


 

Vendredi 28 février, les cinq livres d'artistes réalisés par Pierre Reverdy en collaboration avec des figures de renom telles que Pablo Picasso, Georges braque et Juan Gris ont réintégré les murs de la bibliothèque municipale.


- Le Chant des morts par P. Reverdy et P. Picasso
- Au Soleil du plafond par P. Reverdy et J. Gris
- Une Aventure méthodique par P. Reverdy et G. Braque
- La Liberté des mers par P. Reverdy et G. Braque
- Sable mouvant par P. Reverdy et P. Picasso

Livreartiste1

Ces 5 livres précieux sont les œuvres les plus remarquables du fonds P. Reverdy. Leurs dimensions hors normes valorisent le travail pictural des artistes.
Depuis 2010 et en particulier pour les besoins de l'exposition « Pierre Reverdy : l'œil et la main, un poète et des artistes » (catalogue de l'exposition disponible à la bibliothèque en prêt ou à l'achat), les livres avaient souffert. Un partenariat avec le pôle Joël Le Theule de la Bibliothèque Nationale de France a permis leur restauration.


Le relieur Michel Choleau a remplacé et ajouté des serpentes, de minces feuilles en soie ou en polyester, qui permettent de protéger les lithographies et aquatintes. La Liberté des mers est le livre qui a demandé le plus de travail car il a fallu atténuer une cassure sur les feuillets en humidifiant le papier, une opération délicate. Pascal Blin, de son côté, a confectionné des boîtes de conservation pour chacun des livres de façon à ce qu'ils soient entreposés à plat dans des conditions optimales, au sein de la bibliothèque municipale.

    Livresartistes2  Livresartistes4
D'autres ouvrages nécessitent une restauration avant d'être communiqués ou exposés. Ils devraient bénéficier eux aussi d'un séjour à la BNF prochainement.

 

 


  

     LA TÊTE PLEINE DE BEAUTÉ

     Dans  l'abîme doré, rouge, glacé, doré, l'abîme où gîte

la douleur,  les tourbillons  roulants entraînent  les bouil-

lons de mon sang dans les vases, dans les retours de

flammes de mon tronc. La tristesse moirée s'engloutit

dans les crevasses tendres du cœurs. Il y a des accidents

obscurs et compliqués, impossibles à dire. Et il y a

pourtant l'esprit de l'ordre, l'esprit régulier, l'esprit

commun à tous les désespoirs qui interroge. O toi qui

traînes sur la vie, entre les buissons fleuris et pleins

d'épines de la vie, parmi les feuilles mortes, les reliefs

de triomphes, les appels sans secours, les balayures

mordorées, la poudre sèche des espoirs, les braises

noircies de la gloire, et les coups de révolte, toi, qui ne

voudrais plus désormais aboutir nulle part; Toi, source

intarissable de sang. Toi, désastre intense de lueurs

qu'aucun jet de source, qu'aucun glacier rafraîchissant ne

tentera jamais d'éteindre de sa sève. Toi, lumière. Toi,

sinuosité de l'amour enseveli qui se dérobe. Toi, parure des

ciels cloués sur les poutres de l'infini. Plafond des idées

contradictoires. Vertigineuse pesée des forces ennemies.

Chemins mêlés dans le fracas des chevelures. Toi, douceur

et haine — horizon ébréché ligne pure de l'indifférence et

de l'oubli. Toi, ce matin, tout seul dans l'ordre, le calme et la

révolution universelle. Toi, clou de diamant. Toi, pureté, pivot

éblouissant du flux et du reflux de ma pensée dans les lignes

du monde. 

      Pierre Reverdy. Extrait de «Flaques de verre».