Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Pierre Reverdy

 

   PORTE DU VIDE 

   Le vol du pétrel effacé sur l'arme du mensonge effrayant,

érudit, fécond sous les solives du plafond démodé face

au Rhin qui divague au son du cor. Parole d'ange à peine

éclos du nuage effaré dans le lits des tessons – grave

musique — effroi de ma lumière.

   Et puis le linéament des os, des eaux fécondes sur les

marbrures de l'écran. Au fur et à mesure que j'écris le

sort coule entre mes doigts et s'efface de ma mémoire.

   C'est un soulagement du va-et-vient de la pensée et

le débordement de ma migraine.

 

Pierre Reverdy. Extrait de «Flaques de verre».