Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Pierre Reverdy

    

   ENCORE QUI

  Ce sont, à la nuit qui descend, qui s'ouvre d'une clef

pendue à l'arbre et qui grince, étincelle, tourne à tous les

horizons et à tous les courants — de vagues hommes à

cause de leur dos usé par les forces du temps, qui passent

sur un fond de brouillard qui se fixe.

   Il bruine sur tous les chemins qui s'effacent, sur les

prés qui changent de place lentement, sur les bois pour

augmenter la nuit — plus rien n'est à la même ligne.

   Le sentier noir m'égare à travers les fourrés ; la haie n'a

plus de trous bouchés par les boules de cendres. Ces

drapeaux gris roulés à chaque coin, ces couleurs perdues

dans les bandes plus sombres, ces campagnes imaginaires

où passent quelques cris d'oiseaux nocturnes et tout à

coup — trop près pour qu'on puisse les croire possibles et

présentes — le mouvement et la chaleur des grosses

bêtes — si l'on n'est vraiment pas perdu dans l'univers et si

l'allure des écueils profonds ne s'y reflète.    

 

   Pierre Reverdy. Extrait de «Flaques de verre».